Retour

Éducation nationale

GMF - 08/02/2016
Temps de lecture : 2 min.

Évolution et chiffres clés de la féminisation dans l'Éducation nationale

En France, le taux de féminisation dans l’enseignement est croissant. Dans le secteur public comme dans le secteur privé, les enseignants du premier et du second degré sont majoritairement des femmes. Elles sont en moyenne plus jeunes que les hommes et sont aussi plus nombreuses à exercer en temps partiel. En revanche, l’Enseignement supérieur est majoritairement masculin.

Premier degré du secteur public

Professeur des écoles (1)

Professeur des écoles (1)

Instituteurs (1)

Instituteurs (1)

Deuxième degré du secteur public

Professeurs de chaire supérieure (1)

Professeurs de chaire supérieure (1)

Professeurs de lycée professionel (1)

Professeurs de lycée professionel (1)

Professeur d'enseignement général au collège (1)

Professeur d'enseignement général au collège (1)

Professeurs agrégés (1)

Professeurs agrégés (1)

Professeurs certifiés et PEPS (1)

Professeurs certifiés et PEPS (1)

Premier degré du secteur privé

Professeurs des écoles (1)

Professeurs des écoles (1)

Instituteurs (1)

Instituteurs (1)

Deuxième degré du secteur privé

Professeurs de chaire supérieure (1)

Professeurs de chaire supérieure (1)

Professeurs de lycée professionel (1)

Professeurs de lycée professionel (1)

Professeur d'enseignement général au collège (1)

Professeur d'enseignement général au collège (1)

Professeurs agrégés (1)

Professeurs agrégés (1)

Professeurs certifiés et PEPS (1)

Professeurs certifiés et PEPS (1)

Enseignement supérieur

feminisation_superieur.svg

La féminisation dans l’Éducation nationale soulève des polémiques

Depuis 30 ans, apparait dans le secteur de l’Éducation nationale une amplification du phénomène de la féminisation du corps professoral, puisque 69,2 % sont des femmes. 
Ce chiffre atteint même 91% dans le secteur privé.
Cependant, ce phénomène s’érode lorsque l’on cherche à comptabiliser le nombre de rectrices ou d’inspectrices, qui ne représentent que 32% et 30% des postes.

Cette féminisation soulève des questions et génèrent des polémiques. En effet, certains y voient une dévalorisation des métiers de l’enseignement car considérés comme des métiers d’appoint dans un couple. D’autres voix s’élèvent contre cette féminisation massive des enseignants car elle prive les garçons de modèles masculins auxquels ils peuvent s’identifier.
Cependant, aucun lien de causalité n’a été trouvé entre la perte de repères des enfants, la réussite ou l’échec scolaire des élèves et la féminisation du corps professoral.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Éducation nationale

En tant qu’agent du Service Public, vous méritez une attention particulière.
Découvrez des offres et garanties adaptées à vos besoins.

Découvrir

Votre demande concerne ?

En poursuivant votre navigation sur m.gmf.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à améliorer votre expérience de navigation sur le site et à vous proposer des images et des contenus et messages adaptés à vos besoins. > En savoir plus