Pourquoi attendre les vacances pour voyager quand on peut partir enseigner à l’étranger ? Que vous débutiez dans le métier ou non, que ce soit pour un court séjour ou pour plusieurs années, de nombreuses solutions existent. Revue de détails. " />
Retour

Éducation nationale

GMF - 28/08/2019
Temps de lecture : 3 min

Partir enseigner à l’étranger : ce qu’il faut savoir

Pourquoi attendre les vacances pour voyager quand on peut partir enseigner à l’étranger ? Que vous débutiez dans le métier ou non, que ce soit pour un court séjour ou pour plusieurs années, de nombreuses solutions existent. Revue de détails.

Vous êtes enseignant et vous aimez voyager ? Ça tombe bien, ces deux activités sont parfaitement compatibles... à condition de respecter quelques règles.
Tout d’abord, il convient de différencier les statuts d’expatrié et de résident. Si le premier est destiné aux enseignants qui ne résident pas encore dans le pays où se trouve le poste convoité, le second concerne les candidats qui vivent déjà à l’étranger depuis au moins trois mois.

Si vous souhaitez exercer en qualité d’expatrié, vous devez :

  • Être titulaire du ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse ;
  • Justifier au minimum de deux ans de services effectifs dans la fonction en qualité de titulaire.

Pour trouver votre destination, rien de plus simple : la liste des postes d'expatriés vacants est publiée chaque année, au début du mois de septembre, sur le site de l'AEFE (https://www.aefe.fr/personnels/recrutement-des-expatries/postes-a-pourvoir).

Une fois votre choix effectué, il vous faudra remplir un dossier de candidature – disponible sur le site de l’AEFE – accompagné de toutes les pièces demandées – la liste est également disponibles sur le site de l’AEFE – et, le cas échant, des documents complémentaires demandés par l’établissement dans lequel vous souhaitez enseigner.

Votre demande pour enseigner à l'étranger sera ensuite examinée par une commission consultative paritaire centrale (CCPC). Si elle est acceptée, vous percevrez le même traitement brut qu’avant votre départ (soumis à retenue pour pension civile) auquel s’ajouteront différentes indemnités. Parmi elles, une indemnité mensuelle d'expatriation. Son montant varie selon les pays. En outre, vous aurez droit à certains avantages comme, par exemple, un voyage aller-retour pour la France tous les 1, 2 ou 3 ans. Enfin, vous conserverez vos droits à l’avancement et à la retraite.

Si vous souhaitez exercer en qualité de résident, vous devez :

  • Être titulaire du ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse ;
  • Justifier au minimum de deux ans de services effectifs dans la fonction en qualité de titulaire.

La liste des postes de résidents vacants – ou susceptibles de l'être – est publiée sur le site de l’AEFE chaque année vers la mi-janvier. Vous serez recruté sur proposition du chef d’établissement, après avis de la commission consultative paritaire locale.

Vous percevrez un traitement brut soumis à retenue pour pension civile ainsi qu'une indemnité spécifique de vie locale (ISVL) dont le montant varie selon les pays.

Le contrat local

Vous n’êtes pas titulaire ou vous l’êtes depuis moins de deux ans ? Ou bien vous l’êtes mais votre candidature n’a pas été retenue ? Le contrat local est fait pour vous. Sa spécificité ? Il vous permet d’être recruté par l’établissement scolaire de votre choix auprès duquel vous aurez postulé directement. Attention toutefois : parce qu’il est privé, ce contrat est moins bien payé que deux précédemment détaillés. Il vous faudra donc faire attention au coût de la vie du pays que vous aurez choisi. Et s’il propose une sécurité sociale locale, le contrat local ne vous permettra pas de cotiser au régime de retraite français.

Pour prospecter des postes susceptibles de vous intéresser, consultez les annonces sur les sites :

  • De la Mission laïque française (MLF) (http://recrutement.mlfmonde.org/);
  • De la Fondation Alliance française (http://www.fondation-alliancefr.org/);
  • De l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) (https://www.aefe.fr/);
  • De l’Association franco-libanaise pour l’éducation et la culture (AFLEC) (http://www.aflec-fr.org/).
Dans tous les cas, et pour que votre aventure hors de France se déroule dans les meilleures conditions, il est indispensable que vous soyez protégé par quelqu’un qui vous connaît bien. Avec l’Assurance Voyage de la GMF, vous serez couverts au quotidien quel que soit votre profil, votre destination et la durée de votre séjour. Ainsi, en cas d’urgence, votre rapatriement sera intégralement pris en charge(1). Vous bénéficierez également d’une avance sur vos frais médicaux prescrits ou encore du remboursement des honoraires d’avocat en cas de poursuite judiciaires pour infraction involontaire à la législation du pays dans lequel vous résiderez(2).

Mobilité - Enseigner à l'étranger à des adultes

Vous êtes enseignant dans une école, un collège, un lycée d'enseignement général et/ou technologique, un lycée professionnel, et vous souhaitez enseigner auprès d'adultes ?

Pour vous informer des démarches à suivre, rapprochez-vous d’un conseiller Mobilité Carrière et/ou de votre inspecteur de l’Éducation Nationale. Ces derniers vous expliqueront comment présenter votre candidature dans un GRETA (Groupements d'établissements pour la formation continue). Ces groupements de collèges et lycées, situés dans chaque département, proposent des formations continues pour adultes : formations « métiers », dans le service ou l'industrie, formations en langue, formations professionnelles sur mesure...

Si votre candidature est acceptée, l'affectation peut se faire à temps complet ou en service partiel. Dans ce dernier cas, les heures consacrées à cet enseignement sont comptabilisées comme des heures supplémentaires au poste d'origine.

Si vous le souhaitez, vous pourrez également dispenser des cours/formations à des adultes au sein d'une structure partenaire à l'étranger. Là encore, pour plus de renseignements, rapprochez-vous d’un conseiller Mobilité Carrière et/ou de votre inspecteur de l’Éducation Nationale.

Dans tous les cas, et parce que vous avez choisi de mettre votre vie au service des citoyens, il est indispensable que vous soyez protégé par quelqu’un qui vous connaît bien. Avec l’Assurance Vie Pro de la GMF, vous êtes couverts au quotidien contre les risques de votre métier.

Vous bénéficierez par exemple d’une protection juridique qui prendra en charge les moyens juridiques et financiers nécessaires pour vous aider à régler les litiges que vous pourrez rencontrer dans le cadre de vos fonctions.
Vous serez également indemnisés en cas de vol de vos effets personnels si vous êtes victime d’une agression dans le cadre de vos fonctions. Tout comme vous bénéficierez d’une aide psychologique à la suite d’une agression, d’un accident du travail ou d’une procédure pénale.

Autre avantage de l’Assurance Vie Pro de la GMF, l’assistance à domicile. En cas d’hospitalisation de plus de 5 jours consécutifs suite à un accident de service ou d’une maladie professionnelle, les frais de garde de vos enfants, de vos ascendants et de vos animaux domestiques, ainsi que ceux d’une aide-ménagère, seront pris en charge.

Sources

  • http://www.devenirenseignant.gouv.fr/cid99161/evoluer-enseigner-autrement-durant-carriere.html
  • https://www.education.gouv.fr/pid24372/le-portail-mobilite-des-enseignants.html
  • https://www.education.gouv.fr/cid58097/mobilite-enseigner-a-des-adultes.html
  • https://www.aefe.fr/
Cet article vous a été utile ?

Éducation nationale

En tant qu’agent du Service Public, vous méritez une attention particulière.
Découvrez des offres et garanties adaptées à vos besoins.

Découvrir

En poursuivant votre navigation sur m.gmf.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à améliorer votre expérience de navigation sur le site et à vous proposer des images et des contenus et messages adaptés à vos besoins. > En savoir plus