Retour

Défense & intérieur

Delphine Loez - 05/12/2016
Temps de lecture : 2 min.

Interview d’un gendarme en unité de recherche

Jean-Louis B. a fait presque toute sa carrière en unités de recherche. Il s’agit de l’équivalent, côté gendarmerie, de la police judiciaire. Fraîchement retraité, il nous partage son expérience.

Le gendarme en unité de recherche mène des enquêtes

interview_gendarme_recherche2.jpg

Je suis un gendarme spécialisé, puisque j’appartenais à une unité de recherches. Pour faire partie d’une telle brigade, il faut déjà avoir fait ses preuves et avoir le goût du judiciaire. Quand j’ai commencé, nous menions nos enquêtes sur le terrain, en cherchant des renseignements. Puis notre métier est devenu de plus en plus technique. Aujourd’hui, de nombreuses enquêtes sont résolues grâce à l’ADN, par exemple. Mais j’ai le sentiment que les gendarmes pourraient retourner un peu plus sur le terrain, pour être encore plus efficaces.

 

Le savoir être du gendarme en unité de recherche

Partager les informations

Aller voir les plus anciens, cela permet parfois d’accélérer la résolution des affaires.

En discutant avec des collègues, il est possible d’obtenir certains renseignements sur une affaire en cours, sur des malfrats, de mieux comprendre les choses.

Et c’est précieux d’avoir l’éclairage d’une autre personne. Ensemble, nous sommes plus efficaces. Nous devons être excellents car nous sommes toujours en lutte, en lutte contre le milieu, contre la drogue, contre le terrorisme…

 

Avoir du respect

Tout le monde n’a pas forcément l’esprit militaire. En ce qui me concerne, je suis fidèle mais non discipliné.

En revanche, il faut pouvoir obéir aux ordres donnés et en même temps, conserver un certain esprit d’initiative.

Il s’agit de rester humble et proche des gens, ne pas avoir de mépris, garder du bon sens et surtout ne pas jouer au cowboy ! Sans oublier le français : il faut savoir très bien écrire, pour ne pas être la risée des collègues.

 

Etre ouvert

En tant que gendarme c'est important d’être capable de parler avec tout le monde, à la fois les voyous et les parents de victimes. Ce sens du contact humain est indispensable. Connaître toutes les couches de la société est important : il faut être capable de naviguer sans problème d’un milieu interlope à une réception à la sous-préfecture…

 

Rester calme

Le plus difficile est sans doute de réussir à ne pas répondre à la violence des manifestants, de les respecter même quand ils nous invectivent. Pour cela, il existe notre formation de gendarme, durant laquelle nous apprenons à recevoir des insultes et à ne pas réagir. Et il y a aussi le niveau de fatigue, auquel il convient de faire extrêmement attention, afin de garder la tête froide. Et ce, même après avoir passé des heures à recevoir insultes et projectiles. Heureusement, même s’ils ne sont pas aux 35h, les gendarmes d’aujourd’hui ont un peu plus de temps libre, ce qui leur permet de se ressourcer.

Enfin, il me semble que les gendarmes sont le baromètre de la société : quand trop de choses sont reprochées aux gendarmes, c’est que la société va mal.

Défense & intérieur

En tant qu’agent du Service Public, vous méritez une attention particulière.
Découvrez des offres et garanties adaptées à vos besoins.

Découvrir

Votre demande concerne ?

En poursuivant votre navigation sur m.gmf.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à améliorer votre expérience de navigation sur le site et à vous proposer des images et des contenus et messages adaptés à vos besoins. > En savoir plus