Comprendre l’assurance vie

L'assurance vie, placement préféré des Français

  • Placement préféré des Français

    Avec plus de 1 700 milliards d'euros(1) investis sur les contrats, l'assurance vie est le placement préféré des Français(2) !

  • 45% des ménages en possèdent

    45% des ménages(3) en France possèdent au moins un contrat d'assurance vie.

  • Rapporte en moyenne 2 fois plus que les livrets bancaires

    En 2018 et 2019, l'assurance vie a rapporté en moyenne 2 fois plus que les livrets bancaires traditionnels(4).

L'assurance vie en 8 questions

Couple à la retraite se renseigne sur l'assurance vie

Qu'est-ce qu'un contrat d'épargne en assurance vie ? 

L'assurance vie est un contrat par lequel l'assureur s'engage à verser une rente ou un capital à l’adhérent/assuré du contrat  (en cas de vie) ou aux bénéficiaires (en cas de décès) de l’adhérent/assuré du contrat en contrepartie du versement de prime(s). 

Dans quels cas un contrat d’assurance vie peut-être utile ?

C’est un contrat qui peut vous accompagner à chaque étape de votre vie :

  • Epargner pour un projet
  • Préparer sa retraite
  • Valoriser ou transmettre un capital

Est-ce contraignant d’épargner en assurance vie ?

Non, vous pouvez verser à votre rythme en fonction de vos capacités, de manière ponctuelle ou régulière.

L’épargne constituée est-elle bloquée ?

Non, l’épargne constituée est bien disponible à tout moment*. Toutefois, il est fiscalement plus intéressant, pour vous de réaliser un rachat partiel ou total au bout de 8 ans. Un rachat ou un retrait est l’opération par laquelle vous récupérez une partie ou la totalité de l’épargne constituée sur votre contrat.

 *(sauf exception, acceptation du bénéficiaire, mise en garantie…)

Pourquoi parle-t-on de cadre fiscal avantageux ?

Tout d’abord, il est important de définir ce qu’est un abattement lors d’un rachat sur un contrat d’assurance vie. Il s’agit de la part non imposable des plus-values rachetées. 

Le cadre est fiscalement avantageux pour 3 raisons :

  • Avant le 8ème anniversaire du contrat, les plus-values générées sont imposables en cas de rachat partiel ou total. Les plus-values correspondent au gain produit par l’épargne placée. 
    Avant le 8ème anniversaire du contrat assurance vie, les plus-values générées sont imposables en cas de rachat partiel ou total. Les plus-values correspondent au gain produit par l’épargne placée.
  • Au bout des 8 ans, seule la part des plus-values supérieures à 9200€ pour un couple soumis à imposition commune est imposable. Pour le célibataire, seule la part des plus-values supérieures à 4600€ lui est imposable(5).
  • En cas de décès, le capital reçu par le bénéficiaire désigné au contrat, ne rentre pas dans la succession(6), dans la plupart des cas selon la législation en vigueur. La fiscalité décès de l’assurance vie s’applique alors, avec un régime différent en fonction de l’âge de l’adhérent  au moment des versements. Le capital reçu dans le cadre de l’assurance vie n’est pas imposé si le bénéficiaire est le conjoint ou le partenaire de PACS(7).

Au-delà de l’abattement, que me prélève-t-on concrètement en cas de rachat après 8 ans (hors prélèvements sociaux)?

Pour les plus-values des primes versées avant le 27/09/17, vous avez le choix entre déclarer aux impôts la plus-value générée par votre contrat pour application du barème progressif de l’impôt sur le revenu ou un prélèvement forfaitaire libératoire de 7,5 %. Ce choix doit être formulé auprès de votre assureur.

En revanche, pour les plus-values des primes versées après le 27/09/17 (hors cas de dispense) vous n’avez plus le choix. L’assureur effectue un prélèvement forfaitaire de de 7,5%. Ce prélèvement est obligatoire et non libératoire.

Néanmoins, lors de la déclaration de revenus de l’année suivant celle du rachat, l’administration fiscale vous proposera le choix entre l’application du barème progressif de l’impôt sur le revenu ou l’application du prélèvement forfaitaire unique de 7,5%.

  • Si vous optez pour l’application du barème progressif de l’impôt sur le revenu, les plus-values rachetées seront réintégrées dans les revenus. Dans ce cas, selon votre situation, il vous appartiendra soit de compléter le prélèvement forfaitaire préalable soit il vous sera remboursé  en cas de trop perçu. 
  • Si vous optez pour l’application du prélèvement forfaitaire unique, il faudra tenir compte du montant total des primes versées non rachetées sur l’ensemble des contrats d’assurance vie et de capitalisation détenus au 31 décembre de chaque année.

Si l’encours est inférieur à 150 000 €, le taux restera de 7,5 %.
En complément de cette imposition, si l’encours est supérieur à 150 000 €, un taux spécifique de 12,8% s’appliquera sur les plus-values générées par la fraction de l’encours supérieur à 150 000 €.
Attention, seules sont prises en compte les primes versées et non rachetées.


Exemple :
    
François a placé 140 000 € en janvier 2018. En 2019, il souhaite effectuer un rachat. Pour la détermination du seuil, nous prenons en compte l’encours au 31 décembre de l’année qui précède le rachat soit au 31 décembre 2018 dans notre exemple.
Au 31 décembre 2018, son contrat est valorisé 160 000 €, gain inclus. Pour la détermination du seuil de 150 000 €, seules les primes versées sont prises en compte, soit 140 000 €. Jacques restera en dessous du seuil de 150 000 €, le taux de prélèvement restera donc de 7,5%.

Peut-on être dispensé du prélèvement forfaitaire unique de 7,5% ?

Vous pouvez demander à être dispensé du prélèvement forfaitaire obligatoire au moment du rachat, en présence de primes versées après le 27/09/17, si votre revenu fiscal de référence N-2 est inférieur à 25 000 €  pour une personne seule et 50000 €  pour un couple soumis à une imposition commune. 

Exemple illustré en cas de rachat partiel au bout de 8 ans pour une personne seule et si la valeur de la part de plus-values rachetées est de 10 000€ :
Exemple illustré en cas de rachat partiel au bout de 8 ans pour une personne seule et si la valeur de la part de plus-values rachetées est de 10 000€


Exemple illustré en cas de rachat partiel au bout de 8 ans pour un couple soumis à imposition commune et si la valeur de la part de plus-values rachetées est de 10 000€ :
Exemple illustré en cas de rachat partiel au bout de 8 ans pour un couple soumis à imposition commune et si la valeur de la part de plus-values rachetées est de 10 000€

Peut-on perdre le capital de son assurance vie ?

Le capital des contrats d’assurance vie monosupport euros est sécurisé. Pour les contrats multisupports, l’épargne investie sur le support en euros est également sécurisée. 

Les montants investis en unité de compte reproduisent les fluctuations des marchés financiers. Cela signifie que l’adhérent accepte le risque de perdre une partie de son capital mais en contrepartie, il s’offre des perspectives de performance sur le long terme. C’est la raison pour laquelle, il est souvent préconisé de répartir son placement sur les supports en euros et en unité de compte.

Quelques fausses idées sur l'assurance vie

  • « Les contrats d'assurance vie rapportent peu ».

    Faux.

    Par exemple, le taux annuel  servi sur le support en euros du contrat d’assurance vie multisupport  Multéo de GMF est de 1,90%(1) en 2019 (frais de gestion déduits et avant prélèvements sociaux et fiscaux) alors que la moyenne  des taux servis du marché (en euros)  en 2019 est de 1,47%* (frais de gestion déduits et avant prélèvements sociaux et fiscaux). Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.
    *(Source Fédération Française de l’Assurance (FFA) du 13 mars 2020)
     

  • « Comme les Livrets A, je ne peux avoir qu'un seul contrat d'assurance vie ».

    Faux, une nouvelle fois.

    Il est possible de détenir plusieurs contrats d'assurance vie et de faire ainsi fructifier votre épargne.

  • « Un placement sur des supports en euros est plus sûr que sur des supports en unités de compte ».

    Vrai.

    L’épargne investie sur le support en euros d’un contrat d’assurance vie est sécurisée. En revanche, face à la baisse des rendements des supports en euros, il peut être intéressant de diversifier son épargne sur un (des) supports en unités de compte qui offrent des perspectives de performances sur le long terme, en contrepartie de l’acceptation d’un risque de perte en capital supporté par l’adhérent.

  • « Un placement sur des supports en euros fait augmenter mon pouvoir d’achat sans prendre de risque ».

    Faux.

    Le pouvoir d'achat correspond à la quantité de biens et de services qu'un revenu permet d'acheter. Et votre pouvoir d’achat dépend de l’inflation.
    L'inflation, est une augmentation constante du niveau général des prix pour les biens et services. Elle se mesure annuellement et se présente sous forme de pourcentage. Lorsque l'inflation augmente, le pouvoir d'achat de chaque euro que vous possédez diminue d'autant.

    Un placement effectué sur un support en euros est par nature rassurant. En effet le capital est sécurisé et les intérêts générés annuellement sont définitivement acquis bien que le taux d’intérêt soit plutôt bas actuellement. Effectivement si vous placez une somme sur un support en euros avec un taux de rendement net supérieur à 0%, l’épargne constituée sera supérieure à terme.
    Et pourtant votre pouvoir d’achat n’a pas forcément augmenté voire a même baissé à cause de l’inflation.

     

Nos conseils pour bien choisir son contrat d'assurance vie

  1. Conseil n°1

    Adaptez votre placement (risqué ou non) à votre profil d'épargnant et misez sur des contrats multisupports pour diversifier votre épargne, tout en la sécurisant.

  2. Conseil n°2

    Privilégiez un investissement sur le long terme pour une fiscalité attractive et les perspectives de performances

  3. Conseil n°3

    Faites le point chaque année avec vos conseillers pour faire évoluer votre contrat si besoin.

Vous cherchez à souscrire une assurance vie ?

  • Un conseil pour votre épargne ou une assurance décès ?

    0970 809 810 *
    * numéro non surtaxé
    Du lundi au vendredi, de 8h30 à 20h,
    et le samedi de 8h30 à 14h

  • Etre rappelé par un conseiller

    Besoin d'aide ?
    Nous vous rappelons immédiatement

    Etre rappelé par un conseiller

En savoir plus

Pour en savoir plus sur le contrat d’assurance vie Multisupport Multéo de GMF

Pour en savoir plus sur le contrat d’assurance vie Multisupport Multéo de GMF cliquez ici

Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Partagez cet article

Cet article vous a intéressé ?

Ces articles peuvent vous intéresser

Recherche bénéficiaire assurance vie
Assurance vie : la recherche de bénéficiaires en cas de décès de l'assuré

Il arrive que le décès de l'assuré ne soit pas signalé à l'assureur, ou qu'un bénéficiaire soit impossible à identifier ou à localiser...Pour garantir les droits de ses assurés, GMF agit au quotidien pour retrouver les bénéficiaires des contrats d'assurance vie de ses clients décédés.